Sunday, 10 April 2011

Day 7: Mothering Easter

English Mothering Sunday was last week, when I was still in France.  Easter Sunday is in two weeks when we're on a boat.  Today we're pretending that it's both of those with the family all together for the last time in a while.

Dimanche dernier, c'était la fête des mères en Angleterre. Dans deux semaines ce sera Paques, mais on sera sur un bateau.  Aujourd'hui on fait semblant que c'est les deux, avec la famille ensemble pour la dernière fois pour quelque temps.
_____________________________

The rest of my family like to do those ghastly cryptic crosswords, but I decided to translate Robert Browning's poem instead.  It's very appropriate for the weather we've been having.

Un peu plus bas, ma traduction de ce poème très connu de Robert Browning.  Je crois qu'il était dans le sud de l'Europe au printemps et qu'il pensait à son pays natal.  D'habitude, je suis loin de partager ses sentiments, mais c'est vrai que c'est beau ici, quand il fait beau !
______________________________


HOME-THOUGHTS FROM ABROAD

Oh to be in England,
Now that April's there,
And whoever wakes in England
Sees, some morning, unaware,
That the lowest boughs and the brushwood sheaf
Round the elm-tree bole are in tiny leaf,
While the chaffinch sings on the orchard bough
In England - now!

And after April, when May follows,
And the whitethroat builds, and all the swallows -
Hark! where my blossomed pear-tree in the hedge
Leans to the field and scatters on the clover
Blossoms and dewdrops - at the bent sprays edge -
That's the wise thrush; he sings each song twice over,
Lest you should think he never could recapture
The first fine careless rapture!
And though the fields look rough with hoary dew,
All will be gay when noontide wakes anew
The buttercups, the little children's dower,
- Far brighter than this gaudy melon-flower!
________________________________

PENSEES POUR MON PAYS DEPUIS L'ETRANGER

Je rêve d'Angleterre, 
Quand l'avril revient
Qui ouvre l'oeil en Angleterre
Voit, sans voire, un matin,
Que les basses branches et les brousailles forment
Des débuts de feuilles autour de l'Orme,
Et le pinson chante dans le pommier vert
En Angleterre !

Après avril, quand mai s'y mèle,
La fauvette batit, et les hirondelles -
Tiens! voila mon poirier penchant sous un fardeau
De fleurs; il éparpille parmi les trèfles du pré
Pétales et gouttes d'eau - au bord d'un rameau -
Voici la grive savante; ses chants par deux fois répétés
De peur qu'un passant ne l'estime trop envoutée
Pour reprendre l'air premier !
Et à l'aube la rosée ébouriffe les champs,
Mais tout sera beau, le midi reveillant
Les boutons d'or, trésor des petits enfants,
- Plus riches de loin que ces bouquets voyants !

No comments:

Post a comment